LES ARTISTES AFRICAINS SE MOBILISENT POUR L’HISTOIRE

Coalition des Artistes pour l’Histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO.

Note de Présentation 

L’HISTOIRE GÉNÉRALE de L’AFRIQUE 2 

I Historique du projet de l’Histoire générale de l’Afrique 

En 1964, l’UNESCO lançait le chantier scientifique, politique et éthique de l’Histoire générale de l’Afrique (HGA). Projet démarré à l’appel des pays africains nouvellement indépendants, l’HGA avait pour objectif de produire et promouvoir une histoire de l’Afrique à partir de la perspective des Africains eux-mêmes, délestée des stéréotypes racistes construits pour justifier la traite négrière et l’esclavage puis la domination coloniale. L’HGA devait ainsi contribuer à apporter un éclairage scientifique sur l’histoire véritable des peuples d’Afrique et leurs contributions au progrès général de l’humanité. 

Orienté par un Comité scientifique de 39 membres, ce projet qui avait opéré une révolution épistémologique majeure en intégrant les traditions orales africaines, les sources littéraires et artistiques à l’écriture de l’histoire savante, mobilisera quelques 350 spécialistes issus de diverses disciplines (histoire, linguistique, anthropologie, musicologie, archéologie, histoire de l’art, sciences naturelles, etc.). 

Le processus d’élaboration, qui s’était étendu sur près de 35 ans, aboutit à la publication, en huit volumes, d’un travail monumental avec une édition principale en français, anglais et arabe (totalité ou partie de ces volumes ont également été traduits en dix autres langues parmi lesquelles trois langues africaines). 

En 2009, dans le but de répondre aux demandes réitérées des Etats membres de l’Union Africaine pour la préparation de programmes et de manuels scolaires sur la base de l’HGA et d’apporter un soutien substantiel au projet politique d’une renaissance culturelle africaine porté par l’organisation continentale, l’UNESCO entreprit le lancement de la seconde phase du projet de l’HGA, à savoir l’Utilisation pédagogique de l’Histoire générale de l’Afrique (UPHGA). 

Cette nouvelle phase consiste à faire un état des lieux des systèmes éducatifs et de l’enseignement de l’histoire en Afrique mais surtout à opérer une transposition didactique d’un savoir scientifique (HGA) en contenus d’apprentissage destinés aux élèves d’écoles primaires et d’établissements d’enseignement secondaire mais également aux enseignants (guide des formateurs). Elle comprend également le projet de l’élaboration d’un Volume IX de l’HGA ayant pour objectif de mettre à jour les volumes déjà publiés et de couvrir l’histoire récente du continent et de ses diasporas. 

II Promouvoir l’HGA autrement 

Malgré un incontestable succès scientifique et politique, les huit premiers volumes de l’HGA sont restés très largement inconnus du grand public et de la jeunesse africaine. Tirant les enseignements de cet écueil, la stratégie globale de la seconde phase de l’HGA intègre une déclinaison plus attractive de ses produits, davantage en relation avec les nouveaux modes de consommation numérique, interactif et ludique de la connaissance. Elle met également en place un plan de communication s’appuyant sur les leaders 3 

d’opinion que sont les artistes pour faire passer le message de l’HGA auprès de la jeunesse africaine et de la diaspora en particulier. C’est dans cette perspective que l’UNESCO a décidé d’établir un réseau d’artistes africains et non africains (musiciens, cinéastes, dramaturges, acteurs, peintres, photographes, etc.), appelé « la Coalition Internationale des Artistes pour l’Histoire Générale de l’Afrique », afin de sensibiliser la jeunesse africaine et le grand public à l’importance d’une meilleure connaissance de l’histoire du continent et de ses cultures. 

A. Le plan d’action de la coalition 

Afin d’accompagner la mise en oeuvre du projet de l’HGA et d’aider les jeunes africains et de la diaspora à s’en approprier les produits, il a donc été mis en place une Coalition des Artistes pour l’HGA qui a pour objectifs de : 

 Utiliser les grands moments de l’histoire africaine comme un matériau pour la création artistique ; 

 Relayer de manière régulière les messages de l’HGA auprès de la jeunesse africaine (site internet, twitter, face book, etc.) ; 

 Contribuer à la promotion des volumes de l’HGA publiés par l’UNESCO (site internet, tweeter, face book, etc.) ; 

 Accroitre la visibilité médiatique de l’HGA en y faisant référence lors d’interview (télévision, radio, web, presse, etc.) ; 

 Préparer des messages vidéos de soutien au projet de l’HGA destinés au site internet de l’UNESCO ; 

 Accepter de participer de manière occasionnelle aux différentes activités organisées par l’UNESCO pour l’HGA ; 

 Accepter de participer à la préparation et à l’enregistrement d’un titre et d’un clip au profit de l’HGA ; 

 Contribuer à la mobilisation de fonds, notamment en lançant des appels à soutien, en faveur de l’HGA. 

 Accepter d’adjoindre à leur site internet le logo du projet et un lien renvoyant directement sur le site du projet de l’HGA. 

B. La composition de la coalition 

Les personnalités pressenties pour être membre de cette coalition doivent disposer d’une importante respectabilité dans leur discipline artistique, avoir fait montre durant leur carrière d’un fort engagement en faveur des cultures et de l’histoire africaines et être en mesure de mobiliser les jeunes autour de certaines thématiques centrales pour 4 

l’HGA (valorisation des contributions africaines aux sociétés contemporaines, « décolonisation » des esprits, promotion d’une identité et d’une citoyenneté panafricaine, célébration des apports des diasporas africaines, etc.). Au regard de son engagement pour une meilleure connaissance des musiques urbaines et traditionnelles africaines et de son action pour la promotion de la diversité culturelle et du dialogue, la Directrice générale de l’UNESCO a nommé le musicien d’origine congolaise (RDC), M. Ray Lema, comme Porte-parole de cette Coalition internationale. 

C. Fonctionnement de la coalition 

Les membres de la Coalition des Artistes pour l’Histoire Général de l’Afrique seront cosignataires d’une Déclaration d’engagement définissant le cadre de leurs actions. Les artistes seront ainsi invités à s’appuyer sur leur actualité (interview, concerts, etc.) afin de promouvoir les activités et les produits de l’HGA. Par ailleurs, les artistes les plus actifs de la coalition, les parrains notamment, pourront être invités à prendre part à différents événements organisés dans le cadre de la mise en oeuvre de l’HGA et à échanger, à cette occasion, avec les membres des différents comités scientifiques. 

Les artistes membres de la coalition pourront transmettre un programme annuel d’événements durant lesquels ils souhaitent parler de l’HGA et promouvoir son message. Une page du site de l’UNESCO (sur la partie réservée à l’HGA) viendra relayer l’ensemble des vidéos, des messages et des activités développées par les membres de la coalition pour la promotion de l’HGA. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *