LE COMMERCE ÉQUITABLE EXPLOSE

Selon l’OBS du 12 mai,  « Le commerce équitable explose en France (n’en déplaise à la grande distribution) » 

Bien sûr, quelques grincheux – industriels peu vertueux ou distributeurs bloqués sur la guerre des prix – diront que le chemin est encore long pour convertir les citoyens français aux vertus de l’achat responsable et que les bons sentiments ne se matérialisent pas toujours dans les paniers. Mais ce jeudi 11 mai, lors de la conférence de presse organisée par la Plateforme du commerce équitable (PFCE) pour ouvrir la Quinzaine du commerce équitable, l’optimisme était de rigueur.

Selon les données compilées par l’association – soit une cinquantaine d’acteurs, de Max Havelaar (56% du secteur ) à Artisans du Monde – le marché du commerce équitable en France a cru de 42,8% en un an et de 121% entre 2013 et 2016. Il atteint désormais 948 millions d’euros. A titre de comparaison, en 2004, les ventes issues du commerce équitable représentaient en France à peine 100 millions d’euros. Quel secteur de l’agro-alimentaire peut s’enorgueillir d’une telle évolution ?

Les Français ont choisi

« Bien sûr, la part du commerce équitable est encore très insuffisante par rapport à celle du commerce inéquitable dans le monde », souligne d’entrée de jeu Julie Stoll, déléguée générale de la PFCE.

« Mais ce qui est très intéressant cette année, c’est de voir la progression fulgurante – + 42% – du commerce éthique. Il y a clairement quelque chose qui se passe. »

Incontestablement, les Français sont de plus en plus sensibles à ce qu’ils consomment : selon un sondage réalisé par Opinion Way pour Max Havelaar dévoilé ce jeudi, 79% des Français voient dans le fait de consommer responsable un acte citoyen. Ils sont aussi 77% à vouloir s’assurer que les aliments ou les boissons qu’ils achètent ne soient pas produits dans des conditions d’exploitation et 68 % à se dire prêts à payer « légèrement plus cher pour un produit qui garantit des conditions de travail et une rémunération juste pour les producteur

Mieux, et les chiffres du commerce équitable dévoilés par la PFCE le prouvent, les Français ont pris conscience de la nécessité de développer des filières éthiques sur leur propre territoire : le boom des ventes du commerce équitable en 2016 doit beaucoup aux filières françaises. Celles-ci ont vu leurs ventes augmenter de 155 % entre 2015 et 2016 ! Pour Julie Stoll, la couverture médiatique de la crise agricole, chez les producteurs laitiers cet été ou les éleveurs de porc l’an dernier, a fait prendre conscience aux Français de la nécessité d’une consommation équitable non seulement Nord-Sud mais aussi Nord-Nord.

Paroles, paroles ? Loin de là ! Certes, le sondage d’OpinionWay montre que seuls 26% des Français pensent à la rémunération du producteur au moment de remplir leur caddie. Mais rien ne dit que ce soit par indifférence ou parce qu’ils choisissent le prix le plus bas au moment de passer en caisse.

Un frein financier, vraiment ?

Méfions-nous des idées reçues. L’idée selon laquelle les Français se détournent de l’équitable pour des raisons financière fait surtout le lit d’une implacable et destructrice guerre des prix dans les grandes et moyennes surfaces… Le consommateur, à entendre les acteurs réunis ce matin, est tout à fait prêt à acheter plus équitable, pour peu qu’on lui propose le choix et la qualité : « Il y a 20 ans, on ne se posait même pas la question de savoir d’où venaient les baskets que l’on achetait en grande surface. Des associations comme la nôtre ont contribué à cette prise de conscience. Il faut induire un réflexe au moment de l’achat, ne pas se torturer les méninges mais faire évoluer les pratiques. On le voit dans ce sondage », explique, confiant, Gérald Godreuil, délégué général d’Artisans du monde en insistant sur le rôle des distributeurs pour soutenir cette démarche….

Extrait de l’article de Corinne Bouchouchi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *