FAUT-IL COMBATTRE LA POLYGAMIE?

Le Code des personnes et de la famille du Togo exige que lors de la cérémonie du mariage, les futurs époux souscrivent à un régime de monogamie ou à un régime de polygamie devant un officier de l’état civil ou, s’ils se trouvent à l’étranger, devant un agent consulaire ou diplomatique « territorialement compétent » De même, les époux doivent déclarer leur choix à ce sujet au cours de la célébration du mariage La directrice de l’Institut national d’études démographiques affirme cependant que lors de la célébration du mariage, c’est l’époux qui déclare le régime choisi. Le Code précise que si l’option de monogamie a été choisie, le premier mariage doit être dissout avant qu’un autre mariage puisse être célébré. Cependant, le Code prévoit également qu’un homme ayant opté pour la monogamie peut se marier à nouveau s’il y a confirmation médicale que sa première épouse est stérile. Un homme qui opterait pour la polygamie après avoir déclaré avoir opté pour la monogamie créerait un motif de divorce, mais il faut ajouter qu’il « faut beaucoup de courage à une femme pour demander le divorce pour ce motif » .

La polygamie parmi les élites est le plus souvent pratiquée sans cohabitation, puisque ces hommes ont des revenus suffisants pour installer leurs épouses dans des résidences différentes. Certaines épouses ne savent pas que leur mari est polygame ou prétendent ne pas le savoir; d’autres acceptent la situation avec plus ou moins de réticence et quelques-unes se révoltent, mais c’est plus souvent en prenant la fuite qu’en recourant aux procédures judiciaires existantes.

Au Togo, il ne fait pas bon pour une femme de montrer de la jalousie ou de s’opposer à la polygamie. Les hommes de pouvoir, même s’ils ne sont plus attachés à une épouse, n’entendent pas la voir se soustraire à leur domination, c’est une perte de prestige dont ils n’apprécient pas que l’opinion publique soit au courant. Leur famille se ligue en général pour réprouver l’épouse qui ne consent pas à l’arrivée d’une seconde épouse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *